Insertion professionnelle

Guide pratique de l’employeur

Bienvenue sur le Guide de l’Employeur! Vous pourrez découvrir sur cette page comment collaborer avec le Centre de Carrière de l’Université de Genève. Notre Université compte actuellement plus de 16'000 étudiant‑es réparti‑es en 9 Facultés, Centres et Instituts interfacultaires. Elle constitue ainsi un vivier de talents suisses et internationaux pour les entreprises cherchant à recruter des personnes au bénéfice d’une formation académique, jusqu’à deux ans après leur diplôme.

Gagner en visibilité

Complétez votre profil employeur en ajoutant logo, personnes de contact, texte de présentation, visuels, etc. Voici quelques exemples d’événements de promotion que nous pouvons coorganiser:

  • Une présentation de votre entreprise dans les locaux de l’Université ou en ligne;
  • Un «Case Study» / «Workshop» pendant lesquels les étudiantes ont l’opportunité de travailler sur un projet entouré par des employé‑es de votre entreprise;
  • Une visite de vos locaux pour présenter votre compagnie ainsi que vos collaborateurs/trices directement sur votre environnement de travail;
  • Une participation à des événements globaux tels que la Nuit des Carrières;
  • Toute autre activité de promotion de votre entreprise, sur demande.

Chacun de ces événements peut être suivi d’un apéritif ou d’un lunch.

Organisation d’événement
CHF 1'000.-
De concert avec votre entreprise, nous organisons un événement à l’intention des étudiant‑es de l’Université de Genève.
Relais d’événement
CHF 200.-
Nous relayons votre événement sur la plateforme du Centre de carrière et en faisons la promotion sur nos différents canaux.
Service traiteur
À définir
Nous pouvons organiser un service traiteur dans le cadre de l’événement que vous organisez à l’Université de Genève.

S’impliquer

En vous impliquant dans les enjeux d’insertion professionnelle des étudiant‑es, vous avez l’opportunité de partager votre expérience tout en créant un lien avec les professionnel‑les de demain.

  • Le programme de mentorat lie un‑e mentor‑e, diplômé‑e de l’Université de Genève avec un‑e étudiant‑e intéressé‑e par son domaine d’activité;
  • Un CV check: les recruteur/euses de votre entreprise analysent et donnent un feedback personnalisé aux étudiant‑es;
  • Un panel de discussion: des spécialistes se réunissent autour d’une thématique donnée pour échanger de manière constructive avec des étudiant‑es.

Publier une offre

Comment publier une offre?

  1. Créez un compte ou connectez‑vous;
  2. Allez dans l’onglet «Offres d’emploi» afin de rédiger votre offre;
  3. Une fois validée, votre offre sera publiée pendant 30 jours.

Les candidat‑es intéressé‑es vous contacteront directement, selon les modalités que vous avez indiquées dans votre offre.

Tarifications

1x offre
CHF 35.-
Vous pouvez poster une offre d’emploi ou de stage, visible durant 30 jours par nos étudiant‑es et jeunes diplômé‑es.
5x offres
CHF 140.-
Vous pouvez poster cinq offres d’emplois ou de stages, visibles durant 30 jours par nos étudiant‑es et jeunes diplômé‑es. Ce forfait est valable sur une période d’un an.
Offres illimitées
CHF 350.-
Vous avez la possibilité de poster un nombre illimité d’offres d’emploi et de stages, visibles durant 30 jours par nos étudiant‑es et jeunes diplômé‑es. L’offre illimitée est valable sur une période d’un an.
Options
Placement Premium ou encart Highlight
CHF 80.-
Votre offre sort du lot en apparaissant en haut de page, ou encadrée dans un encart «Highlight».

Engager un‑e étudiant‑e

Les contenus concernant les obligations de l’employeur constituent une offre d’information indicative. Nous vous prions de vous reporter aux sources officielles pour vérifier l’actualité des informations. Dernière mise à jour le 13.02.2024.

Obligations de l’employeur

Engager un‑e étudiant‑e universitaire vous permet de bénéficier d’un‑e employé‑e polyvalente, flexible, motivée et disponible. En tant qu’employeur, vous devrez vous conformer à certaines obligations légales, principalement:

  • le paiement du salaire, notamment en cas d’incapacité de travail;
  • l’engagement d’une personne titulaire d’un permis de travail valable;
  • l’affiliation et le versement de cotisations auprès des assurances sociales;
  • la couverture des accidents professionnels (et non‑professionnels à partir de 8 heures de travail par semaine);
  • la protection de la santé et de la sécurité de l’employé‑e;
  • Les obligations légales varient selon les pays et les modalités d’engagement. Nous vous recommandons de bien vous informer auprès des autorités compétentes.

Facilitez vos démarches!

En tant qu’employeur particulier, vous pouvez adhérer à Chèque service pour vous mettre en conformité avec les assurances sociales, y compris l’assurance accident obligatoire (LAA).

Il s’agit d’une prestation pour les employeurs de proximité, qui emploient du personnel dans des activités telles que la garde d’enfants, les travaux ménagers ou de jardinage, les services à la personne et les cours privés (cours d’appui, de langues, de musique etc…). Chèque service peut également prendre en charge vos démarches liées à l’impôt à la source.

Conditions d’emploi

Le contrat de travail

Un contrat de travail peut être conclu par écrit ou par oral, sauf cas particuliers (ex. contrat d’apprentissage). Néanmoins, lorsque les rapports de travail ont été convenus pour une durée indéterminée ou pour plus d’un mois, l’employeur a l’obligation d’informer le travailleur par écrit – au plus tard un mois après le début des rapports de travail – sur les éléments essentiels suivants (art. 330b CO:

  • le nom des parties;
  • la date du début des rapports de travail;
  • la fonction du travailleur;
  • le salaire et les éventuels suppléments salariaux;
  • la durée hebdomadaire du travail.

Modèles de contrat de travail

Quel salaire proposer?

Le canton de Genève applique depuis le 1er novembre 2020 un salaire minimum. En 2024, il s’élève à CHF 24,32/heure. Ce montant correspond au salaire «brut», c’est‑à‑dire avant déductions sociales (AVS, assurance invalidité, assurance chômage, LPP, etc.).

Par ailleurs, si l’employé‑e ne prend pas ses vacances en temps, ces dernières lui seront payées. Le droit aux vacances minimum en Suisse est de 4 semaines par année, dès l’âge de 20 ans révolus. En cas de paiement des vacances, l’employeur devra donc ajouter au salaire 8,33% du salaire brut convenu. Selon le type de travail proposé, le salaire fixé dépassera le salaire minimum.

Notre liste indicative de salaires vous renseignera sur les salaires usuels appliqués pour des travaux occasionnels (par exemples cours de soutien, garde d’enfants, travaux physiques et domestiques, …).

Salaire en cas d’incapacité de travail

Lorsqu’un‑e employé‑e devient incapable de travailler sans faute de sa part, il/elle a droit à son salaire pendant une période définie, à condition que les rapports de travail existent depuis plus de trois mois ou que le contrat de travail ait été conclu pour plus de trois mois. L’échelle de Berne (article 324a du Code des Obligations) fixe la durée du paiement.

Informations – salaire en cas d’incapacité de travail

Impôts à la source

En Suisse, l’impôt à la source (impôts déduits directement du revenu) s’applique, notamment à:

  • Tous les travailleurs étrangers domiciliés en Suisse – sauf les titulaires d’une autorisation d’établissement (permis C) et les personnes ayant un-e conjoint-e suisse ou titulaire d’un permis C;
  • Les personnes domiciliées à l’étranger qui perçoivent un revenu d’une activité exercée en Suisse (p.ex. frontaliers, résidents à la semaine, conférenciers, sportifs, artistes).

Les autres contribuables remplissent une déclaration d’impôts et sont imposé‑es selon la procédure de taxation ordinaire.

Informations – impôts à la source

Assurances sociales (AVS, AI, APG…)

Employeurs et employé‑es doivent cotiser aux assurances sociales (AVS, AI, APG, AMat, Assurance‑chômage et Allocations familiales) en cas d’activité rémunérée. Ces cotisations ne sont cependant pas versées et les employé‑es ne doivent pas être déclaré‑es lorsque le salaire annuel ne dépasse pas CHF 2'300.– par an et par employeur et que la personne salariée n’exige pas le paiement des cotisations.

Si la personne salariée exige de l’employeur qu’il déduise les cotisations AVS/AI/APG et AC pour un salaire inférieur à CHF 2'300.– par an, l’employeur sera tenu de le faire. Vous pouvez annoncer votre personnel à l’office cantonal des assurances sociales ou à une caisse de compensation professionnelle.

Cas spécifiques:

  1. Pour les activités rémunérées dans un ménage privé*, les jeunes de moins de 25 ans touchant un salaire jusqu’à CHF 750.– par an et par employeur ne sont pas soumis à cotisation. Dès que l’employé-e a atteint 25 ans, les cotisations dans le cadre d’activités rémunérées dans un ménage privé deviennent obligatoires, dès le premier franc de salaire;
  2. Les cotisations sont également obligatoires dès le premier franc de salaire pour les personnes qui sont rémunérées par des producteur/ices de danse et de théâtre, des orchestres, des producteur/ices du domaine phonographique et audio‑visuel, des radios et des télévisions, ou encore par des écoles du domaine artistique.

*ménage privé: baby-sitter, garde d’enfants à domicile, fille/garçon au pair, aide aux devoirs scolaires, prise en charge de personnes âgées, aide‑ménagère, femme/homme de ménage, auxiliaire exerçant une activité dans l’appartement ou la maison, ou autour de la maison (par ex. voisin effectuant de petits travaux de jardinage contre rémunération

Prévoyance professionnelle (LPP - 2ème pilier)

L’employeur est tenu d’affilier à la prévoyance professionnelle (LPP) tout‑e salarié‑e touchant, par employeur, un salaire annuel supérieur à CHF 22'050.- (pour 2024).

Couverture des accidents (LAA)

Tout employeur doit obligatoirement assurer ses employé‑es contre les accidents et les maladies professionnelles. Il doit également assurer contre les accidents non professionnels tout employé‑e travaillant au moins 8 heures par semaine. Les employeurs ont le choix de s’affilier auprès d’une compagnie d’assurances privées, d’une caisse‑maladie, voire de la Suva.

Permis de travail et autorisations

Généralités

Engager un‑e étudiant‑e étranger‑e

L’employeur doit obtenir une autorisation de travail pour un‑e étudiant‑e étranger/ère qu’il souhaite employer. Les démarches pour obtenir un permis de travail s’effectuent auprès de l’office cantonal de la population et des migrations (OCPM).

Une distinction est faite entre les ressortissant‑es des pays membres de l’UE/AELE et les ressortissant‑es de tous les autres pays, appelés «États tiers».

Les informations ci‑dessous représentent les situations les plus courantes et non l’ensemble des situations possibles. Nous vous recommandons dans tous les cas de vous reporter au site de l’OCPM pour des informations exhaustives, traitant l’ensemble des situations possibles (ex. autorisations de travail «courtes», situation des étudiant‑es ukrainien‑nes, du Royaume-Uni, titulaires d’un permis réfugié).

FAQ: employer un‑e étudiant‑e étranger‑e
Tout sur les permis de travail

Étudiant‑es suisses ou permis C

Aucune démarche n’est requise pour engager un‑e étudiant‑e de nationalité suisse ou titulaire d’un permis C.

Étudiant‑e UE/AELE, résident‑e en Suisse

Un‑e ressortissant‑e UE/AELE au bénéfice d’un permis B «pour formation», peut travailler un maximum de 15 heures par semaine durant l’année scolaire ou académique («activité accessoire») et de 40 heures en période de vacances en conservant son permis. Consultez le calendrier universitaire pour connaître les périodes de cours, d’examens et de vacances des étudiant‑es de l’Université de Genève.

L’activité lucrative doit être annoncée au moyen du formulaire E. La demande doit être envoyée au plus tard la veille du 1er jour de travail. En cas de travail pour plusieurs employeurs, chaque employeur doit effectuer une demande au moyen du formulaire E.

Si l’activité accessoire dépasse 15 heures par semaine, une autorisation de séjour «L» ou «B» en qualité de «travailleur/euse» sera alors délivrée en remplacement du permis «B» pour formation. Cette autorisation permet à l’employé‑e de poursuivre ses études en parallèle de son emploi. Le changement de statut d’étudiant‑e à travailleur/euse a cependant des implications pratiques pour l’employé‑e, notamment l’augmentation du coût de l’assurance maladie.

Étudiant‑e États tiers, résident‑e en Suisse

Un‑e ressortissant‑e extra‑européen‑ne, peut commencer à travailler 6 mois après le début de ses études, seulement s’il/elle est inscrit‑e dans une haute école suisse. La durée maximale de travail est de 15 heures par semaine durant l’année académique et de 40 heures en période de vacances. Consultez le calendrier universitaire pour connaître les périodes de cours, d’examens et de vacances des étudiant‑es de l’Université de Genève.

L’activité professionnelle est soumise à autorisation au moyen du formulaire E. L’employé‑e doit attendre une décision des autorités avant de débuter son activité professionnelle. En cas de travail pour plusieurs employeurs, chaque employeur doit effectuer une demande au moyen du formulaire E.

Étudiant‑e UE/AELE, non‑résident‑e en Suisse

Pour une activité lucrative à durée maximale de 3 mois par année civile, une procédure d’annonce (sans frais) suffit.

Pour une activité lucrative d’une durée supérieure à 3 mois, il convient de déposer une demande d’autorisation de travail frontalière (permis G) avant de commencer l’activité, dans le canton où celle‑ci est exercée. Ce permis étant lié à un employeur déterminé, l’employé‑e doit annoncer tout changement d’activité (nouvel employeur ou cessation des rapports de travail) dans un délai de 14 jours.

Étudiant‑e États tiers, non‑résident‑e en Suisse

Pour obtenir un permis de travail frontalier (permis G), la personne doit remplir les conditions suivantes:

  • avoir un droit de séjour durable dans l’un des pays voisins de la Suisse;
  • avoir, depuis six mois au moins, son domicile régulier dans la zone frontalière voisine;
  • retourner au moins un jour par semaine dans son domicile dans la zone frontalière voisine.

L’employeur qui souhaite engager un‑e ressortissant‑e d’un État tiers doit démontrer que ceci sert les intérêts économiques du pays au sens des articles 18 et 19 de la loi fédérale sur les étrangers et qu'aucune personne présentant le profil recherché n’a pu être recrutée en Suisse ou dans les pays de l’UE/AELE. La probabilité d’obtenir une autorisation de travail dans ces conditions est faible.

Engager un‑e stagiaire

Stage intra‑cursus

Un stage est dit intra‑cursus lorsqu’il est prévu au plan d’études. Il peut être obligatoire ou optionnel, fait l’objet d’une supervision académique et permet l’obtention de crédits ECTS. L’étudiant‑e doit s’adresser au secrétariat de sa faculté afin de connaître les modalités de stages (conditions, durée, livrables…).

Critères:

  • L’étudiant‑e est immatriculé‑e à l’UNIGE;
  • Le stage fait partie intégrante du plan d’études;
  • Le stage fait l’objet d’une supervision académique;
  • Le stage permet l’obtention de crédits ECTS.
Stage extra‑cursus

Les étudiant‑es dont le plan d’études ne prévoit pas de stage, ou qui souhaitent acquérir une expérience supplémentaire, peuvent réaliser un stage extra‑cursus. L’étudiant‑e doit adresser sa demande de convention de stage au Centre de carrière, qui vérifiera les modalités du stage (durée, caractère formateur…).

Critères:

  • L’étudiant‑e est immatriculé‑e à l’UNIGE;
  • Le stage ne peut pas dépasser 6 mois;
  • Le taux d’occupation du stage doit être supérieur à 30%;
  • Le stage doit avoir un caractère formateur pour l’étudiant‑e;
  • L’étudiant‑e doit demander une convention de stage auprès du Centre de carrière;
  • Sur le canton de Genève, le salaire minimum s’applique.

L’année 2022 en chiffres clés

67 événements et rencontres, sur le campus ou en virtuel.

3'944 offres d’emplois publiées sur la plateforme par des entreprises et employeurs privés, dont 2'179 jobs étudiants, 1'118 emplois pour diplômé‑es et 647 stages.

731 entretiens individuels avec nos conseillèr‑es en insertion professionnelle.

110 tandems mentee‑mentor formés dans le cadre du programme de mentorat.